Connaissez-vous les cures ayurvédiques ? Egalement connues sous le nom de cure ayurvéda ou encore de cure panchakarma, elles ont pour objectif de rééquilibrer les trois doshas du corps, et œuvrent tant pour votre santé que votre bien-être. Il est particulièrement conseillé de suivre ce type de cure en Inde, le berceau de cette science ancestrale. Nous vous proposons dans cet article de découvrir les bienfaits d’une cure à Ahmedabad, située dans l’État du Gujarat, au nord-ouest de l’Inde.

L’Inde, le berceau de l’ayurvéda

Pourquoi vous rendre en Inde pour suivre une cure, nous direz-vous…  La réponse est simple : l’ayurvéda est la seconde médecine pratiquée en Inde. Elle est utilisée depuis des siècles (c’est l’une des plus anciennes médecines du monde), et jouit d’une très grande réputation. C’est l’occasion de prendre soin de vous au cœur du berceau de cette science, et de la pratiquer de manière totalement holistique.

Il est ainsi possible de suivre une cure ayurvédique traditionnelle au sein de diverses structures, que ce soit dans une clinique, un hôtel, un ashram ou encore une pension de famille de médecins. Vous bénéficiez alors de tout le savoir-faire d’une équipe de thérapeutes experts dans ce domaine.

Votre cure d’ayurvéda à Ahmedabad

Lors d’une cure ayurvédique, vous allez prendre soin de vous et de votre santé, aux travers de divers ateliers : massages thérapeutiques, phytothérapie, yoga, méditation… Il est conseillé d’effectuer votre cure au sein de la ville d’Ahmedabad, réputée pour ses centres d’ayurvéda, mais aussi pour ses nombreux producteurs de plantes et d’extraits de plantes utilisés en phytothérapie et en ayurvéda, comme la Bacopa Monnieri qui est distribuée par de nombreux laboratoires français à l’instar de Nutrixeal à Grenoble.

La Bacopa Monnieri, ou « hysope d’eau » et en sanscrit « brāhmī » est une plante qui est prisée pour ses propriétés médicinales en médecine ayurvédique. Elle permet en effet d’améliorer la mémoire et de dynamiser les organes des sens. Il est d’ailleurs à noter qu’elle est très étudiée dans le cadre de la lutte contre la maladie d’Alzheimer.